Jeunes-Journalistes Belgique

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil La citoyenneté Face à la violence La drogue, un fait de société chez les jeunes

La drogue, un fait de société chez les jeunes

Envoyer Imprimer PDF

Nous avons fait une enquête menée auprès de 13 personnes, 4 adultes et 9 jeunes de 14 à 16 ans dans le Brabant Wallon pour connaître leur avis sur la drogue et les jeunes.

Aider un jeune mal au point?

Confronté à un jeune drogué en difficulté, la plupart des adultes penseraient tout d’abord à l’aider même si tout dépend de la situation. En effet, si la personne est violente, les adultes auront plutôt tendance à l’éviter. Par contre, si la personne se sent mal et demande de l’aide, ils vont leur procurer l’aide dont il a besoin si possible. Tout d’abord, ils vérifient que la personne est consciente et si elle a un besoin médical, ils appellent les urgences ou la famille de cette personne.

Une personne se drogue dans la famille

Face à une personne qui se droguerait au sein de leur famille, l'adulte essaierait surtout de parler avec elle afin de comprendre pourquoi elle fait ça. Il essaierait de savoir si c’est fréquent ou occasionnel. Il tenterait de ne pas se disputer même si la plupart des parents n’arrivent pas à comprendre pourquoi leurs enfants ont besoin de drogue pours’amuser ou pourquoi ils sont devenus dépendants. Ils demanderaient aussi quelles sont les fréquentations de leur enfant. Certains parents se remettent en question pour essayer de comprendre comment leur enfant en est arrivé là.

Le regard des adultes sur la drogue

Les adultes ont tendance à croire que les jeunes se droguent pour s’inventer un problème ou pour qu’on s’intéresse à eux. Mais peu se doute qu'un problème de drogue peut être causé par des problèmes familiaux, scolaires, ou sociaux. Même si la plupart des jeunes ont pris leur première drogue dans des occasions festives. Pour eux, prendre au moins une fois des choses illicites dans la vie fait partie de la culture générale. Ils prennent ça pour un phénomène de mode et n’ont pas conscience de la gravité de leur actes.       

Les adultes ? pas contraires...

Certain adultes ne sont pas opposés à la consommation de drogue chez les jeunes car ils pensent que, tant que c’est de temps en temps, il ni a rien de grave à cela. C’est seulement une expérience que tout jeune doit connaître comme lui avant l'a connu.

Du côté des jeunes

Le mot drogue est souvent pris a la rigolade chez la plupart des jeunes. Pour eux, les joints ne sont pas pires qu’une cigarette, c’est juste un moyen d’être plus expressif, être intéressant, être moins timide. D'ailleurs, selon notre enquête, beaucoup de jeunes ont déjà fumé des joints. Mais pour eux, ce n’est qu’un phénomène de mode qui passera avec l’âge. Par contre, quand il s’agit de drogue dure les jeunes sont plus réticents : c’est déjà un stade au-dessus, c’est pour les gens qui ont de gros problèmes familiaux ou pour d’autres raisons. La plupart des jeunes estime que l’ingestion de drogue dure est un fait grave et qu’il faut y remédier.    

Que peut-on faire en tant que citoyen ?

Bien évidement il y a des associations, par exemple, Infor-drogues, qui font tout pour résoudre les problèmes de drogue en Belgique. Quant à nous, ce serait déjà un grand pas en avant si nous réussissions à aider les personnes qui nous sont chères et qui souffrent de cette dépendance. Mais il semble que même si nous faisons des efforts, la drogue restera toujours parmi nous. Or, les jeunes sont les représentants des générations du futur !


Interview réalisée en mars 2008 auprès de 4 adultes et 9 jeunes de 14 à 16 ans dans le Brabant wallon par Elise Rombaux et Thibaut Soetewey


Article réalisé en mars 2008 par Elise Rombaux et Thibaut Soetewey dans le cadre du projet Jeunes-journalistes.net